Divers

22
Jan

Objectifs 2020 : Hager s’y emploie dès maintenant

Après une période de lourds investissements, le spécialiste des solutions électriques n’entend pas se relâcher pour les cinq années à venir. Fort de ses succès, Hager lance son Projet 2020 qui vise un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros à terme. Détails.

« 2020 : l’avenir commence maintenant ! ». C’est avec ce slogan que le fournisseur de solutions et services pour les installations électriques dans les bâtiments entend poursuivre et confirmer les bons résultats de son projet précédent qui vient de s’achever.

« Nous avons maintenu nos parts de marché dans un contexte de baisse de volume dans le neuf, intégré une nouvelle équipe avec l’arrivée de Iboco dans le giron d’Hager, énormément investi et travaillé sur le Projet 2020 », détaille Sophie Breton, Directeur général de Hager France. Ainsi, le chiffre d’affaires entre 2010 et 2015, a progressé de 35%, passant de 1.4 à 1.9 Md€. La part de marché du Résidentiel s’élève à 34% – confortant sa position de leader dans le domaine des tableaux électriques – tandis que le secteur Tertiaire atteint les 8 % de parts de marché. « L’objectif est de doubler ce chiffre d’ici à 2020 », ajoute Christian Cuny, Directeur clientèle Grands Comptes Tertiaire & Prescription.

Renforcer et enrichir l’offre

Hager, qui s’est diversifié également dans l’activité « alarme », obtient 20% de parts de marché avec sa gamme Sepio. L’international n’est pas en reste, et Hager France compte bien continuer son développement vers les BIC (Brésil-Inde-Chine). Quant aux investissements réalisés, Hager est fier d’annoncer que son Forum situé à Obernai rencontre le succès escompté, avec « deux à trois visites de clients français par semaine », souligne Sophie Breton.

Désormais, c’est vers les 5 prochaines années que se tourne Hager. Avec comme objectif de passer de 12.000 à 20.000 collaborateurs, et de réaliser un chiffre d’affaires de 3 Md€. Pour cela, quatre axes prioritaires seront abordés : résidentiel, tertiaire, services et RDE (rapide développement économique). Renforcement des offres, enrichissement des gammes, des services, tous les moyens sont bons pour répondre aux besoins et attentes des clients installateurs de l’industriel. Un « installateur digital » qui a désormais à sa disposition des applications diverses selon ses besoins (coaching, informations, catalogue, configurateur), des formations dédiées et même un programme TV !, annonce Caroline Nivelle, directeur marketing du groupe.

« Tout ce que l’on propose en matière de digital, c’est pour gagner du temps et des clients. Le digital est un axe de business pour l’installateur », conclut Sophie Breton.

source : biactu Objectifs 2020 : Hager s’y emploie dès maintenant

4
Déc

Le compteur Linky décrié par l’UFC-Que Choisir

Un chargé de mission énergie-environnement de l’UFC-Que Choisir émet des doutes sur l’intérêt économique présenté par le nouveau compteur électrique intelligent Linky, en cours de déploiement par ERDF, pour les consommateurs. Pourquoi ? Eléments de réponse.

Le déploiement du compteur connecté Linky a débuté ce 1er décembre. La machine communicante est sensée permettre aux consommateurs de mieux connaître leur consommation et donc, in fine de réduire leur facture. D’autant que les factures seront dorénavant établies sur la réalité des quantités consommées plutôt que sur une estimation nécessitant des ajustements ultérieurs. Le gestionnaire du réseau, ERDF, qui gère les compteurs, estime pour sa part que des économies seront réalisées grâce au relevé à distance (1,7 Mrds €) et surtout grâce à une réduction des possibilités de fraude (1,9 Mrds €). La détection des pannes sera également plus rapide, entraînant une amélioration de la qualité du service.

Interrogé par le quotidien 20 minutes, Nicolas Mouchnino, chargé de mission à l’UFC-Que Choisir, émet des réserves sur l’intérêt du boîtier électrique pour les clients. Il explique : « Ils pourront suivre leur consommation journalière uniquement sur Internet, et celle-ci sera présentée en kilowattheures. Ce qui est loin d’être parlant pour les consommateurs, qui auraient préféré qu’on leur fournisse des données en euros ». Le spécialiste poursuit : « Ils ne bénéficieront pas d’informations sur leur consommation en temps réel et sur ce que consomme chaque équipement de la maison, ce qui aurait pu leur permettre de baisser le chauffage ou d’éteindre des machines, le cas échéant ». L’information transmise par Linky serait donc incomplète et peu pertinente.

Un budget sous-estimé par ERDF ?

Outre cet aspect, le chargé de mission à l’UFC-Que Choisir, estime que le coût d’équipement des 35 millions d’automates à remplacer a – peut-être – été sous-estimé par ERDF, qui prévoit que les 5 milliards d’euros seront financés grâce aux économies réalisées en télémesure et à la diminution des fraudes. Dans les colonnes de 20 minutes, il précise : « Nous serons vigilants sur ce point, car si c’est le cas, il est fort à craindre que le surcoût soit répercuté sur la facture des consommateurs ».

D’autres associations s’étaient inquiétées des effets sanitaires potentiels du compteur communicant, notamment pour les électrosensibles. ERDF avait répondu qu’il « ne présente aucune menace pour la santé (…) respecte toutes les normes sanitaires françaises et européennes, très restrictives ». De plus, Linky « n’émet aucune onde radio (…) et utilise une technologie connue depuis les années 1950, appelée CPL, qui permet d’envoyer des informations dans les câbles du réseau électrique classique et existant ». La fréquence de ces envois de paquets de données ne serait que de quelques secondes par jour, et non en continu, comme le craignent les personnes sensibles.

source : biactu Le compteur Linky décrié par l’UFC-Que Choisir